parce-qu'une image ne se limite pas à ce qu'elle montre.

Comprendre, essayer et partager.

Laurent_pierre

Comprendre

Les images sont partout, omniprésentes dans notre quotidien. Attractives, elles sont devenues le support banal de la communication publicitaire car elles peuvent transmettre spontanément un message simple. Mais, pour l’artiste qui souhaite éveiller les consciences sociales, ou parler du monde dans lequel nous vivons, la lecture par un coup-d’œil ne suffit plus. Pour saisir véritablement le message et le talent de l’artiste, il faut pénétrer dans son univers. Dans cet exercice, connaitre ses travaux, sa démarche apporte un éclairage précieux. On découvre alors qu’une photographie ne se limite pas à ce qu’elle représente : s’agissant d’art, moins elle en montre, plus elle en a à dire… pour qui fait l’effort d’apprendre à la regarder.

Apprendre à regarder, c’est chercher à comprendre les choix d’expression de l’artiste, au regard de son contexte créatif. Cela fait appel à une certaine connaissance de la photographie, mais aussi, à l’observation de l’évolution des sociétés et des technologies. Internet offre des sources d’information de qualité dont la collecte permet de rassembler les connaissances nécessaires, complémentaires à la lecture et aux expositions. Lorsqu’un article, une émission, un livre “éveille ma conscience”, je le sauvegarde sur ce site, à la façon d’une playlist dont le thème serait le parcours d’un novice dans l’histoire des photographies.

Essayer

A tous ceux qui hésitent à montrer leurs photographies, sachez qu’un lecteur sensé ne vous dira pas “j’aime” ou “je n’aime pas”.
Un lecteur sensé cherchera à exprimer sa pensée, son ressenti et cette analyse nécessitera bien plus que deux mots.

Son intérêt pour les projets artistiques lui a permis d’apprendre que le goût n’était plus l’affaire de l’individu mais bien celle du consumérisme, imposant son formatage collectif de l’esprit.
Ne vous laissez donc pas entraîner dans l’impasse narcissique des “likes” dépourvus d’intellect, si coutumière à nos réseaux sociaux.

Protéger au contraire, votre enthousiasme et votre liberté d’essayer car ils sont seuls capables de porter vos efforts jusqu’à l’aboutissement de votre travail.
Que ce qu’on fasse puisse plaire est agréable… mais déplaire traduit au moins que ce que l’on fait concerne. N’est-ce pas là l’essentiel?

Partager

Comment s’intéresser à la photographie sans être confronté aux enjeux du numérique?
Photographier, développer, tirer, partager… les logiciels répondent largement à chaque volet de la photographie.
Pour autant, leur utilisation réelle pose des difficultés :

– les outils, nombreux, sont concurrents. Lequel choisir? On ne peut qu’être soucieux par ce choix en constatant les différences de résultat.
– les outils sont difficiles à appréhender. Ce n’est pas tant un problème d’ergonomie que de méthode. Si le “comment faire” se résout facilement, le “que dois-je faire?” est persistant.
– les outils influencent et créent une dépendance : comment éviter la dépendance à l’éditeur ou au constructeur? Que peut-on espérer de notre fichier dans le futur?

L’obsolescence rapide, l’insuffisance des standards et des conditions d’interopérabilité forcent à devoir anticiper la nécessité de changer d’outil. Pour s’y préparer, il faut comprendre les enjeux, se former au fonctionnement des logiciels et rester critique. Pour ma part, je maintiens de cette manière une vision de l’évolution des outils. Je partage ici quelques réflexions ainsi que les supports issus des ateliers que j’ai eu l’occasion d’animer.